• résumé des projets jeunes à CRETEIL

    Notre nom :

    Association de solidarité Internationale S.A.I.D

    SLUMS ACTIONS IN DELHI (activités socioéducatives et économiques dans les bidonvilles de Delhi).

    Avec des actions en France qui se centralisent principalement sur des projets citoyens avec des jeunes de quartiers de Créteil  (notamment dans un échange bilatéral France/Inde entre jeunes de Créteil et de Delhi) :

    -                      Education au développement, à la solidarité internationale et à la citoyenneté,

    -                      Formation aux premiers départs pour l’Inde et initiation à l'altérité.

    Notre « slogan » : Solidarité ici et là-bas ! Les jeunes sont le futur immédiat et les réels porteurs du changement.

    Notre localisation : 20 Rue de la Plumerette à Créteil, 94000.

    1)- Qui sommes nous ?

    Un groupe de jeunes enseignants et d’étudiants, qui se sont formés à la solidarité internationale et aux pratiques d’éducation au développement et à la citoyenneté (membres de plusieurs structures de formation), convaincus que les choses peuvent changer par la force de travail et d’effort. Les tendances peuvent toujours s’inverser par la détermination et les actions régulières qui mènent à la réflexion (débat, rencontres intergénérationnelles, etc.), et à la prise de position.

     

    2)- Quelles sont nos valeurs ?

    Entraide, actions citoyennes, échanges et partages, égalité des chances et équité, parité homme/femme et fille/garçon, droit à l’éducation pour tous, droit aux activités récréatives et à la culture pour tous. Les jeunes ont leur place dans la société, ils sont non seulement acteurs du changement mais aussi de véritables catalyseurs et accélérateurs de ce changement !

     

    3) - Le constat sur lequel nous fondons notre action :

    Notre expérience a d’abord été menée en Inde dans des bidonvilles de la capitale. Nous avions alors lancé des actions d’assainissement et d’éducation à l’hygiène et à la santé dans une communauté pilote (nettoyage des réseaux de drainage des eaux usées, ramassage et tri sélectif des déchets, etc.) qui avaient échoué lorsqu’elles étaient menées par les chefs de familles.  Le choix a été orienté par le portage de projets par des jeunes de la communauté.  Tentative qui s’est avérée judicieuse et porteuse de changement. Les jeunes étant à la fois respectés par leurs cadets et bénéficiant de l’attention de leurs aînés, ont pu imposer et inculquer les valeurs et bienfaits de l’opération « clean community ».

    C’est de cette longue expérience indienne que nous nous sommes inspirés pour élaborer nos objectifs en France : d’abord travailler avec un groupe de jeunes sur des problématiques de l’environnement, de ségrégation/discrimination, de violence, de rapport fille/garçon, etc. et faire que ces jeunes soient eux-mêmes, par la suite, les initiateurs de débats, d’ateliers, etc. lors desquels ils transmettront leurs connaissances et leurs expériences antérieures.

    4) - L’objectif que nous visons :

    Nous oeuvrons pour que les jeunes des quartiers ne soient plus stigmatisés aussi radicalement. Nous faisons en sorte que qu’on leur reconnaît, leur capacité de mobilisation, à innover, à diffuser l’information, à créer, à partager, et à construire l’avenir.

    5) - La date de naissance du projet :

    Janvier 2008.

    6)- Les étapes de réalisation du projet :

    Janvier à mars 2008 : découverte de  la culture indienne par les jeunes de Créteil par le biais d’un jeune invité indien issu des bidonvilles de Delhi.

    Février 2008 : Soirée de solidarité au profit de l’association S.A.I.D avec la participation des jeunes de Créteil. Débat (sous forme de théâtre) sur la vision interposée des jeunes en Inde et des jeunes en France, et leur rapport à la ségrégation, à l’exclusion, aux discriminations.

    Avril-Mai 2008 : - Ecriture de textes de slam et de rap pour s’exprimer sur les inégalités Nord/Sud, et au sein d’un même pays.

    - Fabrication de véhicules à traction à partir de matériaux de récupération pour dénoncer le gaspillage et le manque de créativité : l’économie par le recyclage !

    Juin-Juillet-Août 2008 : - Rencontres culturelles avec deux jeunes indiens (tous deux issus des bidonvilles de Delhi).

    - Lancement du projet « chantier jeune international en Inde ».

    Septembre-Octobre-Novembre 2008 : Organisation de la journée « Surconsommation Ici et sous consommation là-bas ».

    Décembre-Janvier 2009 : Réflexion sur la question de parité, intégration de jeunes filles dans le projet.

    Février-Mars 2009 : Montage du projet café citoyen autour du film SLUMDOG, lancement du débat et témoignages des jeunes de Créteil sur ce qu’ils pensent savoir de l’Inde et des conditions de vie dans les bidonvilles au travers de leurs échanges avec les jeunes des bidonvilles.

    Avril 2009 : Préparation de la soirée de solidarité de mai sur le thème « JOURNEE MONDIALE DE LA DIVERSITE CULTURELLE » (avec une labellisation UNESCO).

    + Apprentissage de danses ethniques à des enfants de MJC et centres socio-culturels de Créteil.

    Mai-Juin 2009: Participation à des journées importantes du calendrier citoyen : Fête de l’abolition de l’esclavage, journée internationale du commerce équitable, etc.

    + Interventions des jeunes du projet dans un centre social de Créteil (classé en zone prioritaire) pour travailler avec un public du même âge sur la question des différences  culturelles par le biais d’activités ludiques (danses, cuisine, musique, etc.).

    + Interventions des jeunes du projet dans ce même centre social pour présenter (par des mini pièces de théâtre) aux enfants du centre de loisirs les actions quotidiennes que chaque individu peut faire pour protéger et respecter l’environnement.

    Juillet 2009: Voyage à Marseille, rencontre avec des jeunes de structures socioéducatives sur place. Echanges et débat autours de problématiques diverses.

    Août 2009 : Potentiel départ en Inde de ce même groupe.

    Septembre 2009 : expos photos dans les écoles de ces jeunes et animations de débats.

    7) – Toutes les ressources que nous avons réunies depuis le commencement (humaines, matérielles & financières) :

    - 4 bénévoles de l’association S.A.I.D se concentrent principalement sur ce projet,

    - 2 intermittents du spectacle (théâtre et écriture de textes) travaillent régulièrement en atelier avec ces jeunes,

    - Des professionnels de la scène, rencontrent ces jeunes pour monter des maquettes d’évènementiels,

    - 2 jeunes issus des bidonvilles de Créteil viennent régulièrement en France rencontrer ces jeunes pour arriver à échanger sur des questions très précises et  plus généralistes,

    - L’association a été dotée de deux ordinateurs pour que les jeunes puissent être autonomes sur des postes de travail personnalisés.

     

    - Une demi- journée par quinzaine est organisée en accès libre et rencontre entre jeunes (samedi de 12h à 16h00) au siège de l’association.

       

    - financièrement le projet a bénéficié d’un budget de 7200 € jusqu’à présent  dont un financement institutionnel de 2500 €.

    ·                    Ressources propres (investissement des membres fondateurs)    10 % soit   720 €

    ·                    Ventes de produits (cours de danse, spectacles de théâtre, etc.)  35 %         soit 2500 €

    ·                    Contributions en nature (dons)                                             05 % soit   360 €

    ·                    Bénévolat                                                                          15 % soit 1080 €

    ·                    Subventions                                                                       35 % soit 2500 €

    Le projet a pu se développer et se pérenniser grâce à l’investissement des bénévoles et nos différents partenariats.

     

    8) – Les Partenariats développés :

    - Avec une MJC locale (M. Rebérioux) qui met ses locaux à disposition pour nos ateliers d’écriture, nos répétitions de théâtre, etc.

    - Avec un centre social et culturel (Petits Près Sablières) qui accepte de recevoir les prochaines initiatives expérimentales de ce projet dans ses locaux, au bénéfice de son public.

    - Avec le CCFD et Artisans du Monde pour des journées débat touchant au commerce équitable, à l’environnement et à la solidarité.

    - Avec le service culturel de la Mairie de Créteil qui diffuse nos actions et fait la promotion de notre agenda évènementiel. Et qui nous permet de présenter notre projet lors du forum de la culture.

    - Avec la communauté d’agglomération de la Plaine Centrale du Val de Marne qui nous a octroyé le premier prix « travailler citoyen » et une enveloppe de soutien de 1500€ et un chèque formation (par la chambre de commerce et d’industrie de Paris) de 800 €.

    - Avec le Service jeunes et solidarité du conseil général qui a financé une action de citoyenneté portée par les jeunes, à hauteur de 1000 €.

    - Avec l’association Etudiants et solidarités et la plateforme Starting block (structures de formations des animateurs d’éducation à la solidarité et à la citoyenneté) pour encadrer et former les jeunes de ce projet.

    -         Avec l’université de Paris 7, laboratoire de recherche sur le développement pour des rencontres/débat sur le développement.

    -         Avec l’université de Paris 12 (Créteil), pour l’accompagnement du projet par une stagiaire dès juin 2009.

    -         Avec le CRID, le réseau RITIMO, la Guilde, pour trouver les volontaires locaux et internationaux nécessaires à ce projet et à son extension.

     

    En cours (demandes formulées) : Unesco, Fondation de France, Lycées du Val de Marne, Jeunesse et Sports du Val de Marne.

    9) - Les premiers résultats obtenus après 1 an :

    Les jeunes ont été porteurs de deux projets, et collaborateurs directes d’un café citoyen (sur le thème de slumdog, voire : cliquez ici.

    Le premier s’est fait avec l’appui technique et logistique de l’association SAID et de deux partenaires locaux (les antennes d’Artisans du Monde et du CCFD à Créteil) et d’un financement institutionnel (Conseil Général du Val de Marne) lors de la semaine nationale de la solidarité internationale :

         

     

    Le deuxième, s’est déroulé en rapport avec la de la semaine de l’égalité : « Des mots contre le ghetto ». Projet monté et mené par les jeunes eux-mêmes.

    Le projet global ayant été lauréat, a bénéficié d’une renommé qui a permis une certaine reconnaissance et fierté des jeunes qui ont gagné en assurance.

    Les jeunes de ce projet se sentent vraiment investis d’une mission, d’un important devoir de transmission, envers les plus jeunes notamment. Les parents s’intéressent aussi à la démarche de leurs enfants et commencent à s’investir dans les projets portés.

    10) Les autres ressources dont nous avons besoin :

    d’un salarié à mi-temps qui serait animateur-éducateur tout en étant spécialisé sur les questions de solidarité internationale.

    11) - Ce que nous ferons des 5 000 € si le Prix nous est décerné :

    Nous voudrions diffuser cette initiative dans plusieurs autres quartiers de Créteil (et/ou de villes limitrophes) et former d’autres jeunes à ce rôle de catalysateur/accélérateur de changement (2400 €).

    Nous financerons, par ailleurs  :

    -         1800 € : la mise en place de « cafés citoyens jeunes/parents » pour stimuler, valoriser et consolider le lien de parental autours de problématiques sociétales : la violence urbaine, la consommation de drogues, la solidarité de proximité, le suréquipement domestique, etc. 

    -           800 € : remboursement des frais des stagiaires qui nous aideront à chercher des subventions plus conséquentes pour mener à bien le projet global.

    12)- Mon projet est transférable voici comment :

    Notre projet vise particulièrement à la mixité culturelle, la participation à l’égalité des chances et à la lutte contre les discriminations.Donc il peut être transférable à toute structure socio-éducative et culturelle. Il peut tout aussi bien être porté par un collège, un lycée, une bibliothèque municipale, etc.

    D’autres structures associatives peuvent également s’inspirer de ce modèle et le transférer sur leur territoire. L’intérêt de ce projet est la disponibilité et la mobilité des jeunes qui sont prêts à rencontrer tout autre public pour partager leur expérience.

     

    13) – Les personnes que nous pouvons contacter pour en savoir plus (Nom, adresse e-mail & N° de téléphone) *

    BOUIFROU LINDA (Présidente de l’association SAID) : slums_actions_in_delhi@yahoo.com

    06 29 19 04 90

    BURAHEE IRFAAN (chef de projets, jeunes et solidarité) :

    Contacts idem