• Fête du C.S. Petits Près Sab.

    COMPTE RENDU DE LA JOURNEE

     

    Le mot de la présidente :

    Cette année encore nous avons choisi de participer, à l’unanimité, à cette manifestation. Alors que nous limitons nos prestations gratuites afin d’assumer la responsabilité financière de notre salariée.

    Cependant l’idée d’ouvrir ce quartier en faisant « venir » plutôt qu’uniquement « sortir » une dynamique créatrice,nous a, d’emblé, incité à collaborer à cet évènement.

    D’autant que nous prônons l’accès à la culture pour tous, qui soit hétéroclite et non pas cloisonnée dans le clichés de préférences supposées (foot et danses orientales dans les quartiers dits populaires, chorale, piano et danses contemporaines dans les plus aisés). La culture Bollywood est intéressante en terme d’ambiguïté de classification de ses « consommateurs » et donc de son adaptation à divers publics. Par exemple sur Paris intra-muros et en province (Marseille, Toulouse, Bordeaux, etc.), elle est l’apanage d’une élite plutôt bobo1, en région Ile de France, notamment le Nord-Est (de Bobigny à Villepinte), elle est un minier de bulletins de votes par centaines (d’où une géographie des festivals indiens centrés dans cette zone)2 de personnes de classes populaires, dont beaucoup issues de la diaspora indienne (notamment la présence des tamouls du SriLanka, et des insulaires : Réunion, Maurice, Antilles…).

    Sur Créteil la présence Indienne est limitée aux tamouls (Sud de l’Inde, région Madras et Pondichéry et du SriLanka) rassemblés en association rattachée à la Maison des Solidarités à Mont Mesly. Ainsi la visibilité de la culture, plurielle, de l’Inde n’est effective à Créteil (en dehors de nos actions) que par le passage annuel sur scène de cette association tamoule et une ou deux programmations de troupes non cristoliennes invitées respectivement parla Mac et la MJC Village.

    Au vu de cette concentration « indienne » sur le Mont-Mesly, il pourrait paraître surprenant à l’observateur de base de nous voir participer aux animations de quartiers liées à la structure du CSPPS alors que nous ne sommes pas présents dans celles de la Maison des Solidarités (MDS). D’autant que notre siège est situé géographiquement sur ce découpage administratif. Mais là encore je dirai que le déterminisme géographique est plutôt une ségrégation contre laquelle nous nous battons. Les lois de l’appartenance idéologiques et des penchants affectifs sont plus importantes. Donc non seulement la démarche pédagogique et les méthodes instaurées au centre social des Petits Près Sablières nous touchent mais il semble que ce soit réciproque. Ainsi nous les classons parmi nos partenaires les plus réceptifs et engagés. Cependant, étant plus active dans le comité de quartier du Mont-Mesly, cette année l’association S.A.I.D a décidé de tenter l’expérience d’offrir une ou des prestation(s) de scène pour la fête de quartier du Mont-Mesly du 10 juillet (alors que j’étais encore à Bordeaux pour l’université d’été de la solidarité) via une proposition directe au directeur de la MDS afin de ne pas « pénaliser » les habitants (dont de fidèles spectateurs depuis notre intervention aux fêtes des solidarités à Créteil aux éditions 2008 et 2009 et de nombreux sympathisants depuis la participation de Kailash au nettoyage de Quartier (voir photo ci-dessous). Néanmoins la proposition n’a pas été retenue par la MDS.

    Cette édition 2010, nous a encore stimulé à continuer notre engagement dans ce quartier notamment dans la pérennisation de l’atelier pour femmes (des cours d’alphabétisation) : « les mots/maux de la danse » (danse thérapie et théâtre pour exprimer par le corps les mots-maux de l’intérieur) qui vient de faire l’objet d’une demande de Fonds social européen (dans le cadre de la mesure 4.2.3).

    Linda Bouifrou, Présidente SAID –France.

     

    Déroulement de la journée :

    Arrivée de Kailash, Marouane, Helya et Hanane à 9h30 au siège S.A.I.D : petit déjeuner commun pour une journée sous le signe de la bonne humeur.

    Préparation du matériel pour la mise en place du stand et des articles à vendre (Linda avait amorcé le montage des musiques pour la gravure du CD).

    Répartition des tâches et rappel de la mise en scène du spectacle prévu : Construction d’une histoire à partir de plusieurs chorégraphies assemblées. Le fil conducteur étant la compétition scénique entre deux personnages « Kawalina » et « Kalou » puis leur coup de foudre. Scénario basique à la Bollywood. Nous n’avions pas voulu faire trop compliqué en raison de la non prise en charge financière du coût de spectacle et donc du non paiement des artistes.

    Cependant notre engagement reste le même, pour la troisième année.

    Stand de vente :

    La Présidente refuse de porter trop de marchandises parce qu’elle prend position sur le fait de ne pas vouloir vendre à cette occasion mais de plutôt informer la population sur nos actions ici et en Inde. A l’inverse

    Marouane (futur vice-Président !) pense qu’il n’y a pas de raisons à ne pas proposer nos produits (dont de nombreux issus de la filière du commerce équitable) aux festivaliers même s’ils appartiennent à des couches moins aisées de nos « clients » habituels. Linda finit par se ranger sur l’avis de

    Marouane et prône pour « une démocratisation des ventes : acheter solidaire même un produit à 2€ est une occasion de montrer son engagement à la solidarité internationale et par là même symbolise un acte citoyen ».

    Nous décidons donc de baisser les prix de 40% pour tous les produits de notre stand (à l’exception des prix des marionnettes) afin de ne pas frustrer les bonnes volontés.

    Ateliers d’animations :

    Nous décidons à l’unanimité de garder l’animation Henné mais de la faire payer symboliquement (approche participative et lutte contre un positionnement d’assistanat) à 1€ pour les enfants et 2€ pour les adultes. Le tarif de base étant entre 5 et 7€ (dans les autres manifestations auxquelles nous assistons). Cependant, nous prévoyons un quota de gratuité.

    A défaut de l’animation marionnettes habituelle qui ne pourrait pas avoir lieu sans la présence de Linda (non prévue pour cette manifestation) et parce que nous ne sommes pas en mesure de prendre en charge les frais de notre marionnettiste professionnelle, Marianne, en statut intermittente du spectacle (cachet minimum de 150€) dont la présence est incontournable pour former le binôme d’animation avec Kailash.

    Donc et pour palier à cette difficulté et pour diversifier nos animations, nous proposons de tester un nouvel atelier : « Bollywood Shooting » (relookage à la sauce bollywood avechabillement et maquillage).

    Organisation de la journée :

    Départ à 10h30 pour la manifestation. Mis en place du stand avec l’aide de Dalila et de petits bénévoles en herbe, qui nous ont reconnus.

    Installation du coin henné pour Helya : à peine installée les demandes affluent.

    Arrivée de Linda à 11h30, installation de l’animation : « Bollywood Shooting » : relookage à l’indienne avec mise à disposition de plusieurs tenues indiennes (femme, homme et enfant), atelier maquillage/coiffure, prêt de bijoux. Et le tout sur un fond de décors indiens.

    12h : Déjeuner pour l’ensemble des bénévoles.

    14h : Lancement des animations de scène.

    Arrivée des danseuses S.A.I.D : Hadila et Sarah.

    15h30 : préparation des danseurs pour le spectacle : plus de vingt minutes de scène (Dola Re, marionnettes, Dhol Baje, Shand Sifarish, Chant de Kailash et Mix de Créteil).

    18h00 : Clôtures de l’animation « Bollywood Shooting » et de l’atelier Henné

    Notre bilan montre qu’une quarantaine de personnes ont bénéficié de l’atelier henné et qu’une vingtaine de personnes ont choisi l’atelier « Bollywood shooting ».

    Départ des danseuses. Rangement du stand vers 20h.

     

    Bilan artistique et d’animations :

    Dans l’ensemble tout s’est bien passé, les ventes ont été meilleures que prévu, ce qui est sûrement du au manque de stands (rares étaient les stands à proposer autre chose que de la vente de nourriture). Les festivaliers sont arrivés de façon très dispersée, le point culminant s’est situé vers 16h00-17h00, fourchette de notre passage sur scène.

    Le public semblait peu réceptif au spectacle de scène en comparaison à l’année dernière.Cependant suite à notre passage sur scène de nombreuses personnes sont venues, sur notre stand, nous féliciter et nous remercier en nous demandant si nous donnons des cours au Centre Social des Petits Près Sablières.

    Auto-critique :

    La prestation de danse, malgré le manque de répétitions (en raison d’un surbooking artistique au mois de juin : spectacles de fin d’années de la MJC Rebérioux à la M.A.C, spectacles de fin d’année du service culturel de l’université de Créteil, jour de fête, etc.), a été satisfaisante et agréable à regarder, tout en plongeant les spectateurs dans la magie du Bollywood.

    Evidemment notre spectacle de scène de cette année n’est pas égal à celui de l’année dernière qui regroupait notre troupe et trois autres troupes invitées (connues sur la scène indienne parisienne) au nom de S.A.I.D et qui avaient accepté de jouer gratuitement à l’occasion de cette manifestation populaire au nom de LA DIVERSITE CULTURELLE.

    La nouveauté cette année est d’avoir fait monter sur scène deux de nos élèves issues de l’option que nous gérons « découverte de l’Inde et de ses cultures » à l’université de Créteil. Ces deux jeunes filles (Sarah et Hadila) semblent très sensibles au contenu idéologique de notre association et à l’idée de monter sur scène dans un quartier populaire. Toutes deux ont brillé de leur sympathie et disponibilité avec le public.

    Quant à Hélya, notre plus jeune bénévole, sa grâce sur scène a été un défi à son statut de championne de France junior de boxe ! Nous en sommes très fiers.

     

    Bilan Comptable :

    Une fois encore nous nous sommes engagés dans cette manifestation à titre gracieux, seul un dédommagement pour Kailash (notre artiste vedette, indien) a été demandé pour couvrir ses frais de perte d’une journée de spectacle dans les rues à Avignon (précédent au festival auquel il est invité). L’association S.A.I.D a assumé les frais de nourriture et de boissons des artistes et autres bénévoles animant les ateliers.

    Les ventes d’artisanat et de produits divers bollywood (sacs, bijoux, etc.) ont représenté un montant global de 154€ directement affecté à la mission « SLUMDOG-INDE » de cet été à DELHI.

     

    Photos : 

     

    Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab.  Fête du C.S. Petits Près Sab.  Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab.Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab.Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab.Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab. Fête du C.S. Petits Près Sab.